Version imprimable de la page
source : reilhac.fr


Historique

De 1989 aujourd'hui

REILHAC

 

            Depuis 1989, la Commune n’a pas connu « d’assoupissement » elle a simplement respecté la devise du Maire Jean-Pierre PICARD : « REILHAC ne veut pas grandir trop vite… ».

 

  

      Effectivement notre Commune, entrée au sein de l’Agglomération du Bassin d’AURILLAC depuis sa création en 1990(District), n’a pas eu pour vocation première à se développer dans le secteur de création d’entreprises, cette compétence étant celle de la Communauté d’Agglomération du Bassin d’AURILLAC.
      Alors, Commune toute proche d’AURILLAC comptant aujourd’hui plus de mille habitants, d’une superficie de 888 hectares, REILHAC est restée essentiellement tournée vers les activités de l’agriculture,  avec encore quelques entreprises artisanales bien implantées ( travaux publics terrassements , menuiserie ,élagage , électricité , plomberie , chauffage , commerce chevaux , carreleurs plâtrerie plaquiste , serrurerie , informatique , café bar , marchands de vins , coiffeur, cabinet soins à domicile…) et vers un développement portant principalement sur l’accueil de nouveaux habitants.
A partir de là, le souci  prioritaire du Conseil Municipal depuis1989, a été d’essayer de maintenir REILHAC dans la tradition des petites communes du Cantal, et en même temps de poursuivre un autre objectif, celui de s’attacher à progresser vers une modernité bien maîtrisée.  

      Garder une commune dans son entité n’est pas toujours chose facile. Nous nous sommes efforcés, au Conseil Municipal, de maintenir le plus grand nombre de traditions.

C’est ainsi que nous avons décidé en 1990 lors de sa restauration et agrandissement, que la Mairie reste bien ancrée au Centre Bourg,  permettant à la Place de REILHAC dotée dans la foulée d’une fontaine, avec son église, l’école et son commerce, d’être un lieu central de vie, où l’on aime se retrouver chaque jour à l’heure du pain et du journal, à la sortie de l’Ecole, mais aussi lors du Marché de Pays, de la Fête, du Carnaval et autres manifestations.

 

 

     Toujours dans cet optique, les rues du Haut du Bourg, tout en ayant été rafraîchies, n’ont pas perdu leur attrait, grâce aux matériaux utilisés, choisis par les Bâtiments de France, pour les habitants de tout ce quartier, qui peuvent encore au passage s’enquérir si la fontaine restaurée coule toujours.

 

 

 

     Bien d’autres travaux ont permis à REILHAC de rester  dans la tradition, restauration dans le hameau de Brousse, de sa Fontaine,  avec la conservation dans le domaine privé du  « travail », appareil qui servait à maintenir les animaux domestiques pour les ferrer ou les soigner. 

 

     Le four banal de Reilhaguet qui permet encore aujourd’hui, lors de son utilisation, de renouer avec les anciennes coutumes et goûter au bon pain de campagne, en créant un moment de convivialité, et un retour en arrière parfois bien apprécié.

 

Il ne faut pas oublier les monuments classés, tel l’Eglise à clocher à peigne, en partie romane avec un chœur barlong et ses modillons, son abside circulaire sans  doute du 15ème siècle, le Château de Broussette et sa Chapelle du XIV siècle habilement restaurés par la Famille DELZONS, située dans un parc ou plusieurs fêtes de la Chasse se sont déroulées.

 

 

 

 

           

 

 

 

 

Pour ce qui touche au domaine agricole, d’une surface de 605 hectares,  plus de 10   exploitants s’y activent et respectent majoritairement, le traditionnel élevage de la race salers.

             Tous ces atouts, et l’on pourrait en citer bien d’autres, n’ont pas pour autant empêché le Conseil Municipal de donner à Reilhac un nouveau look et de garder une commune où l’on peut trouver bien d’autres avantages et en particulier une qualité de vie bien définie.

             De nombreux travaux ont permis d’améliorer le bien être de ses habitants. La révision du P.O.S. (Plan d’Occupation des Sols) en 2000 a permis de respecter l’environnement, et satisfaire à de nombreuses constructions bien réparties dans la commune et ses hameaux.

             Basés sur REILHAC  en son pourtour, plusieurs lotissements ont vu le jour :

Celui des Violettes, des Eglantines, des Landes, comprenant cinq ou six pavillons chacun, où des locatifs se sont bien intégrés. Situés sur des secteurs différents, cela permet aux nouveaux venus de bénéficier d’une bonne tranquillité.

Inciter à l’installation de nouveaux habitants a permis à l’école de se maintenir et de progresser. A ce jour, près de 75 enfants sont présents avec le maintien de tous les postes d’enseignants. La restauration de la  cantine permet de confectionner environ 50 repas par jour.

 REILHAC s’est inscrite dans la mise en place du Centre Social Intercommunal de la Vallée de l’Authre, ou, parents, enfants et adultes  trouvent de nombreuses prestations.

 Afin de maintenir un bon équilibre dans le développement de REILHAC, le Conseil Municipal a confié au CAUE (Conseil en Architecture Urbanisme et Environnement) d’établir un diagnostic de la Commune, centré sur la mise en place de l’opération « Cœur de Village » initiée par le Conseil Général.

Cette étude a permis de mettre en évidence ce qui caractérise les lieux, ce qui les structure ou les perturbe, afin de définir un projet d’aménagement propre au village, au mode de vie de ses habitants, et à donner ainsi à la Municipalité des éléments de décisions pour les choix d’aménagements futurs et en même temps de reconstituer une réserve foncière primordiale pour le développement de la commune.

C’est ainsi que de nombreux travaux décidés par le Conseil Municipal se sont réalisés avec la prise en compte de toutes ces recommandations : rues du Haut du Bourg du Reilhac, travaux à Reilhaguet, réfection des routes communales etc… et aussi traverse de Brousse par exemple en 2007, implantations de lotissements.

 

L’opération, bien sûr la plus importante initiée par le MAIRE Jean Pierre Picard et son Conseil Municipal, est celle de la Maison de Retraite de 68 lits, avec la création de plus de 40 emplois. 

 

                                  

 Cette EHPAD (Etablissement d’Hébergement pour les Personnes Agées et Dépendantes), a été réalisée avec la participation de plusieurs communes et l’aide du Conseiller Général Jacques Markarian, elle est  gérée par les Cités Cantaliennes de l’automne, Association à but non lucratif . Cette EHPAD répond à un besoin social pour nos anciens  et pour les 68 Résidents, devient leur « Maison »

Cette réalisation à laquelle s’ajoute la mise en place d’un lotissement la jouxtant de 9 pavillons, a été suivie, pour terminer tout ce secteur, de la construction d’un local technique aujourd’hui en activité pour les agents de service, comprenant en plus une salle de réunion pour les associations et l’implantation d’une aire multi-activités avec  un terrain d’entrainement pour le football club et un terrain de pétanque permettant de recevoir des compétitions de haut niveau .

            

   

 

 

 

 

 

 

 

Cette zone est  traversée par un chemin de promenade entouré d’espaces verts, relié à la Maison de Retraite, devenant ainsi accessible aux  Résidents.

    Il convient également d’inclure dans les grands travaux l’opération « Assainissement de la VALLEE de l’AUTHRE » prise en charge par la C.A.B.A d’un montant de 6 Millions d’euros ce qui a permis la restructuration des systèmes d’assainissement de Jussac – Reilhac – Naucelles . Ainsi, cela a permis le transfert des  effluents de Reilhac vers la station rénovée de Jussac et la suppression des stations de Reilhac-l’Estoubeyre et Reilhac-Bordelou devenues obsolètes.

    

 

Enfin, à ce jour 2012 sont programmés la construction de quatre appartements en partenariat avec l’Office HLM, situés entre l’école et la Maison de Retraite, ce qui permet à la commune de prendre à sa charge la construction d’un restaurant scolaire au dessus des appartements et qui se trouvera de plain pied avec la cour de l’école. Ce qui donne un caractère intergénérationnel à cet ensemble.
     Les
 conseils du CAUE (Conseil d’Architecture d’Environnement du cantal), les interventions de l’Architecte

 Mr Marot et de nombreux autres acteurs, choisis pour la réalisation de ces structures, ont permis avec bonheur, d’intégrer ces ouvrages au cœur de Reilhac, dominé par le clocher de l’église et le bois du Calvaire, et d’en préserver en même temps son authenticité et son caractère rural et urbain. 

                                                      

     Enfin pour maintenir à l’avenir ce développement de Reilhac de façon la plus harmonieuse possible et préserver l’environnement sur la Commune, mais aussi sur les hameaux qui la prolongent sur ses deux extrêmes, Reilhaguet et Brousse, un Plan Local d’Urbanisme a été réalisé  par le bureau d’étude « Campus Développement » de CLERMONT-FERRAND.

Il permet à court et à long terme de définir les besoins :

-          d’aménagement de l’espace,

-          d’environnement,

-          d’équilibre social de l’habitat,

-          de transport, d’équipement et de services,

-          de développement économique.

 

On retrouve là, toute une perspective d’avenir et une politique d’aménagement, bien raisonnée, que veut appliquer le Conseil Municipal, afin de sauvegarder une vie sociale, qui permette  de satisfaire les habitants  et de mieux intégrer les nouveaux, avec l’aide, des associations très présentes, qui proposent de nombreuses activités, sportives, culturelles, de solidarité, mais aussi, festives.

 

            Les contributions de l’Etat, du Conseil Général, de la Communauté d’Agglomération du Bassin d’AURILLAC, de l’Equipement, des Concepteurs,  des diverses entreprises,   mais aussi la confiance, la fidélité et le soutien des Reilhacoises et Reilhacois qui ont bien voulu faire confiance à leur Maire, Jean Pierre Picard  et son équipe, depuis 1989, ont permis à Reilhac de se développer harmonieusement et nous les en remercions.

 

Tout cela concoure à constituer un ensemble qui renforce REILHAC et sa population, pour adhérer à  une vie active et participative, lui permettant  parfaitement de s’intégrer dans la Communauté d’Agglomération et de son environnement, tout en restant une commune à la fois rurale et urbaine. Quelques photos «Reilhac et ses alentours » peuvent nous en donner un petit aperçu.

Il suffit de continuer…

 

 

L’Adjoint aux finances et à la communication

André Freyssinier